Page du plan détaillé


Navigation par niveau


Navigation par tag


Navigation par EDC


navigation par suivi édito



rechercher un contenu


L3

Plan niveau L3

SECTEUR COURANT DU MANUEL > TEDI - Transformations des États démocratiques industrialisés > Jérôme VALLUY    

  • Partie - Expansion des objectifs et moyens de l’État
  • Chapitre - Définition(s) de l’État-providence

    Dans ce chapitre premier et introductif, il s’agit de préciser le ou les sens du concept central de l’ensemble de cette partie sur l’expansion des objectifs et moyens de l’État en France au cours des XIXe et XXe siècles. Il s’agit aussi de construire l’objet d’étude de cette partie, donc une « problématique » portant d’abord sur la notion d’État-providence : qu’est-ce que l’on désigne ainsi dans la langue française ? Existe-t-il une seule définition de cette expression ? Le sens de l’expression varie-t-il d’une culture à une autre, d’une période à une autre ? Quels enjeux sous-tendent les variations voire les controverses éventuelles relatives à cette notion ?

    La comparaison internationale et interculturelle, notamment entre les langues françaises, allemandes et anglaises, des histoires sémantiques et doctrinales font apparaître des controverses et des luttes qui portent principalement sur les degrés d’intervention de l’État et aboutissent à des définitions variables, plus ou moins larges quant à ce que l’État doit faire ou fait effectivement (Cf. Section - Socio-histoire comparative du concept). Cet aperçu socio-historique du concept d’État-providence suggère ainsi que la principale variation à considérer se situe entre des « définitions larges » et des « définitions restreintes » de l’État-providence, que ces définitions soient descriptives ou prescriptives, les deux dimensions étant souvent imbriquées (Cf. Section - « Définition étroite » ou « définition large »).

  • Section - Socio-histoire comparative du concept

    Un aperçu même rapide des histoires sémantiques des notions d’État-providence en langue française, anglaise et allemande, permet d’apercevoir non seulement des divergences de sens, qu’il importe de connaître et de mémoriser pour comprendre les débats internationaux d’aujourd’hui autour de ce concept, mais aussi des enjeux politiques relatifs à cette notion, notamment sur les divergences d’appréciation quant aux degrés souhaitables d’intervention de l’État dans la société civile. Les quatre notions présentées permettent aussi de prendre des repères chronologiques : État-providence (Cf. Segment - État-providence) et Sozialstaat apparaissent au milieu du XIXe siècle alors que Wohlfahrtsstaat (Cf. Segment - Sozialstaat et Wohlfahrtsstaat) et Welfare State (Cf. Segment - Welfare State) apparaissent dans les débats de la deuxième moitié du XXe siècle où s’entremêlent davantage débats politiques dans l’espace public d’une part et débats dans l’espace universitaire des recherches professionnalisées en sciences humaines et sociales d’autre part (Cf. Segment - Recherche en sciences sociales).

  • Sous-section - Recherche en sciences sociales

Segment - Recherche en sciences sociales

D. Rédaction stable pour relecture collective
II. En cours d’éditorialisation


En allemand comme en français, les notions d’État-providence 1 et de Wohlfahrtsstaat 2 ont un sens spécifique dans l’usage académique qui en est fait par les universitaires dans la deuxième moitié du XXe siècle pour désigner un objet d’étude en sciences sociales ; l’usage est alors moins connoté politiquement que par le passé. Il perd (dans ce périmètre académique) son caractère polémique (sans le perdre dans l’espace public) et se trouve être plus proche, par certains aspects, de la notion récente en langue anglaise de Welfare State 3 apparue avec plus de consensus politiques, notamment pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’édification de l’État-providence correspond à un phénomène social pluriséculaire qui détermine de manière fondamentale ce qu’est l’État aujourd’hui. Pourtant ce phénomène n’est bien analysé dans la recherche en sciences sociales que depuis quelques décennies sans doute en relation avec la professionnalisation des chercheurs dans les systèmes publics d’enseignement supérieur et de recherche. Il serait vain de vouloir faire une présentation exhaustive des recherches internationales sur le domaine depuis cinquante ans, mais quelques repères chronologiques et bibliographiques peuvent être utiles.

Une première étape de recherche peut être située dans les années 1960 et 1970 durant lesquelles les chercheurs s’attachent à rendre compte du développement des États-providence à travers diverses variables macro-sociologiques (croissance des dépenses publiques, rôle de l’État dans l’économie, État face à l’industrialisation, etc.) :

Une deuxième étape s’amorce au début des années 1980 avec la recherche des déterminants de la genèse de l’État-providence. Les études de sciences sociales sont beaucoup plus nombreuses. Les principales théories explicatives de son émergence sont produites durant cette période :

Enfin une troisième étape débute au milieu des années 1990 avec un intérêt accru pour les regards comparatifs. Il s’agit moins de situer les pays sur une trajectoire de développement que de les regrouper en fonction de leurs caractéristiques afin de mieux comprendre les logiques de fonctionnement des différents types d’État-providence. Il s’agit aussi d’études liées à l’idée de « crise » de l’État-providence :

Observations

  1. Le phénomène n’est étudié que depuis peu de temps à l’échelle de l’histoire des sciences sociales.
  2. Les travaux qui marquent le débat international proviennent du nord de l’Europe (pays scandinaves, Allemagne, Grande-Bretagne) et des États-Unis. Les travaux français (Pierre Rosanvallon 14, François Ewald 15....) occupent tout autant une place plus marginale dans ce débat international qu’en France.
  3. Les études se multiplient depuis le début des années 1980, c’est-à-dire depuis que l’État-providence est remis en question en ce qui concerne sa légitimité politique et ses effets économiques.

Jérôme VALLUY‚ « Segment - Recherche en sciences sociales  »‚ in Transformations des États démocratiques industrialisés - TEDI  - Version au 19 août 2019‚  identifiant de la publication au format Web : 94