Page du plan détaillé


Navigation par niveau


Navigation par tag


Navigation par EDC


navigation par suivi édito



rechercher un contenu


SECTEUR COURANT DU MANUEL > TEDI - Transformations des États démocratiques industrialisés > Jérôme VALLUY    

Introduction - Section - Direction centrale institutionnalisée (anthropologie)

II. En cours d’éditorialisation
D. Rédaction stable pour relecture collective


Le concept d’État se situe dans le prolongement de ce que l’on a vu précédemment sur la légitimation (Cf. Section - Légitimation politique). On peut en effet définir l’État comme un type d’organisation qui est apparu en Europe à l’ère moderne et qui s’est imposé comme le mode légitime de gouvernement des sociétés contemporaines. Le mot État est à la fois omniprésent dans le vocabulaire courant de la vie politique et manié avec une certaine prudence en sciences sociales tant ce terme est polysémique, recouvrant des réalités et renvoyant à des définitions très contrastées. S’agissant d’évoquer l’État européen, nous retiendrons comme définition préalable celle donnée par Max Weber : l’État est une entreprise politique de caractère institutionnel dont la direction administrative revendique avec succès, dans l’application des règlements, le monopole de la contrainte physique légitime 1). L’État tel qu’il est défini par Max Weber n’est en effet pas une forme « naturelle » ou universelle.

L’anthropologie (Robert Lowie, Traité de sociologie primitive, 1936 2 ; Georges Balandier, Anthropologie politique, 1967 3 ; Jean-William Lapierre, Vivre sans État ?, 1978 4) étudie des sociétés dites « archaïques » ou « primitives » (sens non péjoratifs) où l’État n’est pas (ou pas complètement) constitué et, pour comparaison, des sociétés où l’État existe sous diverses formes. Un large consensus semble établi dans la communauté scientifique pour retenir comme des dimensions centrales de la sociogenèse de l’État, la spécialisation d’acteurs sociaux dans l’exercice du pouvoir (Cf. Sous-section - Spécialisation de la direction et professionnalisation politique), la centralisation de la coercition (Cf. Sous-section - Centralisation de l’État-nation) et l’institutionnalisation des relations sociales (Cf. Sous-section - Institutionnalisation : droit et bureaucratie). La comparaison anthropologique de sociétés politiques disparues ou existantes permet donc d’isoler trois caractéristiques de cette forme d’organisation politique qu’est l’État occidental contemporain mais elle permet aussi de faire apparaître trois processus historiques de formation de cet État selon une perspective qui nous rapproche déjà de celle de la sociologie historique de l’État. En effet, ces trois processus participent d’un même mouvement dit de différenciation du politique qui constitue l’objet d’étude privilégié par la sociologie historique de l’État, signalant une différenciation parfois reformulée par la distinction État / société civile.

La sociologie historique contemporaine de l’État est marquée par les travaux de trois auteurs classiques (Karl Marx, Émile Durkheim, Max Weber), par les travaux de Norbert Élias (La société de cour, 1974 5 ; Sur le processus de civilisation, 1939 6) et des auteurs plus récents : Joseph Strayer (Les origines médiévales de l’État moderne, 1979 7), Perry Anderson (L’État absolutiste : ses origines et ses voies, 1978 8), Bertrand Badie et Pierre Birnbaum (Sociologie de l’État, 1979 9) et Abram de Swaan (Sous l’aile protectrice de l’État, 1995 10). Elle procède davantage par comparaison interne à l’aire géographique européenne et insiste soit sur les similitudes entre pays européens (sociologie classique) soit sur des divergences de trajectoires historiques (sociologie récente). Cette approche de la formation de l’État européen privilégie une histoire singulière et s’attache à décrire dans chaque pays le processus qui, en Occident, aboutit progressivement à l’émergence de l’État tel que nous le connaissons aujourd’hui. En schématisant, disons que l’anthropologie tire parti de sa connaissance des sociétés non occidentales ou anciennes pour faire apparaître ce qui en différencie l’État européen moderne et que la sociologie historique confirme, par comparaison entre les pays et leurs trajectoires, une large part des observations.

Jérôme VALLUY‚ « Introduction - Section - Direction centrale institutionnalisée (anthropologie)  »‚ in Transformations des États démocratiques industrialisés - TEDI  - Version au 22 juillet 2019‚  identifiant de la publication au format Web : 44