Page du plan détaillé


Navigation par niveau


Navigation par tag


Navigation par EDC


navigation par suivi édito



rechercher un contenu


SECTEUR COURANT DU MANUEL > TEDI - Transformations des États démocratiques industrialisés > Jérôme VALLUY    

  • Partie - Fondements des États démocratiques
  • Chapitre - Formule de gouvernement, “électorale & juridique”

    Organisation du plan de chapitre : La formule de gouvernement est un élément de la culture politique assimilée tout au long du processus de socialisation (Cf. Section - Cultures et socialisations politiques). Elle exprime une vision approximative du régime appelé « démocratie » — y compris dans les typologies de régimes — et des idées philosophiques de ce qu’il devrait être (Cf. Section - Valeurs et caractérisations de la démocratie). La formule est transcrite dans le droit constitutionnel et plus largement dans le droit public (Cf. Section - Constitutionnalisation de la formule). Cet ensemble idéologique oriente la Constitution et les activités de la légitimation politique notamment celles de communications publiques et politiques, mais aussi médiatiques (Cf. Section - Légitimation politique).

  • Section - Légitimation politique

    La socialisation politique n’est pas le seul facteur envisageable permettant d’expliquer l’acceptation de l’ordre politique : la peur de la répression peut expliquer dans certains régimes la soumission des gouvernés ; une certaine indifférence à la politique peut entraîner une acceptation passive de l’ordre établi ; un intéressement personnel au maintien d’un système politique matériellement avantageux pour soi (privilèges) peut susciter le soutien. Néanmoins, le pouvoir politique ne semble jamais aussi bien établi que lorsque les gouvernés le considèrent comme légitime : conforme au moins approximativement à un principe jugé supérieur.

    Dès lors, la plupart des dirigeants politiques ont en commun de rechercher un renforcement des croyances et des valeurs partagées qui fondent dans l’esprit des gouvernés, à tort ou à raison, l’idée d’une légitimité du pouvoir politique de ces dirigeants. Ces croyances et valeurs qui fondent la légitimité du pouvoir varient selon les lieux et les époques (Cf. Sous-section - Les types de légitimité) et peuvent se trouver renforcées par les actes et discours des dirigeants eux-mêmes (Cf. Sous-section - Sens et actions de légitimation politique). Mais cette légitimité peut se fragiliser, et le pouvoir politique perdre tout soutien jusqu’aux situations de crises (Cf. Sous-section - L’érosion et le changement de légitimité).

  • Sous-section - Les types de légitimité

    La légitimité peut se définir comme la qualité du pouvoir dont l’acceptation se fonde non sur la coercition comme ressource première, mais sur le consentement réputé libre de la population qui s’y trouve soumise 1. La notion de liberté est relativement problématique ; est-on vraiment libre des valeurs que l’on adopte au cours du processus de socialisation politique ? L’adhésion à un système de gouvernement est-elle vraiment libre lorsqu’on connaît mal ce système ?

    Quelle que soit son fondement, la légitimité est néanmoins un fait constatable dans l’acceptation explicite de formes de pouvoir politique considérées comme relativement conformes à des principes supérieurs. Ces principes de légitimité, Max Weber en distingue trois types qu’il décrit de manière schématisée. Il produit ainsi ce qu’il appelle des « types idéaux » de domination légitime. Leur intérêt est de montrer que la domination politique est soumise à changement de principe au cours du temps.

Segment - Conclusion

II. En cours d’éditorialisation
D. Rédaction stable pour relecture collective


Cette distinction est conceptuelle. On trouve rarement ces trois types de domination légitime à l’état pur dans la réalité. Ces différents types peuvent se combiner. Ainsi, l’Empire napoléonien combine des éléments des trois types : la dimension charismatique est importante (glorification de la personne de l’empereur), les éléments rationnels-légaux sont également très présents — on connaît l’importance du droit et de l’administration à cette époque. Enfin, les éléments traditionnels ne sont pas absents, comme le montre la tentative de constitution d’une dynastie.

Des trois formes de domination légitime, une seule a à peu près disparue des systèmes politiques occidentaux : la domination traditionnelle. La tradition perdure certes sous certaines formes dans le régime constitutionnel du Royaume-Uni ou dans les interstices des règles constitutionnelles d’autres pays. Mais d’une manière générale, la référence au passé, à ce qui s’est toujours fait, a perdu de sa valeur justificatrice de ce qui est fait ou doit l’être. La domination charismatique en revanche peut toujours réapparaître, même si c’est de manière ponctuelle : le pouvoir dévolu au général de Gaulle en 1958 peut être rapproché de la forme de domination légitime. Surtout, les ressorts de cette légitimité sont toujours sollicités par les leaders politiques pour asseoir leur autorité personnelle, soit au sein d’un parti ou d’une coalition, soit au poste électif qu’ils ont obtenu. Mais de manière générale, la domination légitime est aujourd’hui, dans nos pays, de type légal-rationnel.

Jérôme VALLUY‚ « Segment - Conclusion  »‚ in Transformations des États démocratiques industrialisés - TEDI  - Version au 6 décembre 2019‚  identifiant de la publication au format Web : 382