Page du plan détaillé


Navigation par niveau


Navigation par tag


Navigation par EDC


navigation par suivi édito



rechercher un contenu


SECTEUR COURANT DU MANUEL > TEDI - Transformations des États démocratiques industrialisés > Jérôme VALLUY    

Introduction - Sous-section - L’identification comparative d’un régime : la démocratie libérale

D. Rédaction stable pour relecture collective
II. En cours d’éditorialisation


La notion de régime fait l’objet de définitions diverses selon les disciplines et selon les auteurs. Des professeurs de droit (Georges Burdeau, Francis Hamon, Michel Troper, Droit constitutionnel, 2012 1) considèrent que l’on ne peut parler de « régime » que lorsqu’il existe une Constitution organisant une séparation des pouvoirs. Ils distinguent par exemple le régime parlementaire et le régime présidentiel. Ils utilisent alors l’expression forme de gouvernement pour désigner, plus largement, toute organisation politique qu’elle soit fondée ou non sur une Constitution assurant une séparation et une répartition du pouvoir. En science politique, le régime politique est généralement défini de manière plus large :

Ensemble des éléments d’ordre idéologique, institutionnel et sociologique qui concourent à former le gouvernement d’un pays donné pendant une période déterminée.

Le concept coïncide alors avec celui de forme de gouvernement précédemment évoqué et permet de situer les unes par rapport aux autres, de comparer des formes de gouvernement, notamment étatiques, qui diffèrent entre elles du point de vue des règles constitutionnelles mais aussi au regard d’autres critères non juridiques. Dans la suite de ce paragraphe, les expressions « régime » et « forme de gouvernement » seront indistinctement utilisées, en évitant toutefois de parler de « régime » pour le totalitarisme bien analysé par Hannah Arendt (Le système totalitaire : Les origines du totalitarisme, 1972 3) comme une « situation » paroxystique trop atypique, trop irrégulière et imprévisible pour constituer un régime et donc pour entrer correctement dans une typologie des régimes.

La méthode typologique est l’une des premières utilisées pour étudier les formes de gouvernement. Depuis Aristote, les classifications n’ont cessées de se multiplier avec parfois des différences importantes. Il est nécessaire de connaître ces typologies notamment parce qu’elles nous permettent d’identifier, en faisant des comparaisons, les caractéristiques de l’ordre politique, des relations État / société, dans lesquelles nous vivons. Mais l’étude de ces typologies montre qu’elles ne sont jamais tout à fait neutres, c’est-à-dire indépendantes du contexte historique dans lequel elles sont produites et des préférences politiques de leurs auteurs. Les typologies actuelles distinguent habituellement trois formes de gouvernement : démocratique, autoritaire, totalitaire. Dans cette distinction à grands traits, est définie de manière très approximative et laudative ce que sont les régimes démocratiques. Cette définition comparative, approximative et laudative de la démocratie constitue ainsi un élément de la formule de gouvernement.

Jérôme VALLUY‚ « Introduction - Sous-section - L’identification comparative d’un régime : la démocratie libérale  »‚ in Transformations des États démocratiques industrialisés - TEDI  - Version au 22 juillet 2019‚  identifiant de la publication au format Web : 30