Page du plan détaillé


Navigation par niveau


Navigation par tag


Navigation par EDC


navigation par suivi édito



rechercher un contenu


Suivi rédaction

Plan : Suivi rédactionnel pour travail collectif

SECTEUR COURANT DU MANUEL > TEDI - Transformations des États démocratiques industrialisés > Jérôme VALLUY    

Introduction - Chapitre - Accroissement des moyens d’intervention publique

D. Rédaction stable pour relecture collective
II. En cours d’éditorialisation


La France du XIXe siècle possède tout ce qui est nécessaire, au plan idéologique, pour générer précocement l’interventionnisme étatique : un héritage de l’Ancien Régime bien ancré dans les institutions du pays, une philosophie politique des droits de l’homme qui associe « droits-libertés » et « droits-créances » et un ensemble de doctrines et de courants de pensée politiques dont aucun n’exclut totalement et durablement l’intervention de l’État. Pourtant l’État-providence naissant en ce début de XIXe siècle est bien loin de ressembler à ce qu’il sera un siècle plus tard. Les différences tiennent notamment à l’évolution des moyens d’intervention publique durant tout le XIXe siècle : seule cette croissance des finances publiques et des fonctions publiques rend ne serait-ce que pensable ce que pourrait être la mise en œuvre des idéaux politiques qui s’affichent en début de siècle.

La plupart des débats contemporains, notamment dans la deuxième moitié du XXe siècle, ont porté sur la croissance de l’État, de son poids dans la société globale et en particulier dans la sphère économique. La prédominance de ce débat fut souvent liée à des préoccupations relatives à la nature du système politico-économique avec cette question lancinante et vaine : à partir de quel part des budgets publics dans le produit intérieur passe-t-on d’un système capitaliste à un autre type de système ?

La question qui nous intéresse ici est moins celle du poids de l’État que de l’évolution de ses moyens d’action dans la mesure où de ces capacités financières et administratives de l’État dépendent les possibilités de mettre en œuvre concrètement certaines finalités exprimées dans les débats politiques. Plus encore, de ces moyens dépend aussi la capacité des penseurs et des gouvernants à concevoir, même de manière abstraite, ce que pourraient être des interventions de l’État conforme à des idéaux : comment aurait-on pu concevoir par exemple un système de protection sociale tel que nous le connaissons aujourd’hui à une époque où le budget de l’État ne représentait que quelques % du PIB et où le nombre de fonctionnaires ne dépassait pas les 200 000 ? Comment aurait-on pu imaginer alors des dispositifs qui ne sont apparus qu’au prix d’une multiplication par dix de ces fonctionnaires et un budget public représentant la moitié du PIB ? Comment aurait-on pu aussi concevoir qu’une telle croissance puisse avoir lieu sans transformer le système politico-économique en un système collectiviste et liberticide qui servait d’épouvantail au plus grand nombre ?

Jérôme VALLUY‚ « Introduction - Chapitre - Accroissement des moyens d’intervention publique  »‚ in Transformations des États démocratiques industrialisés - TEDI  - Version au 7 décembre 2021‚  identifiant de la publication au format Web : 121